Débat en classe de SVT sur les OGM

Dilemme à la conférence de Gotham ce mardi !

Le mardi 21 mars différentes classes professionnelles de Gotham se sont réunies à la mairie dans l’objectif d’entamer des négociations sur l’utilisation et la consommation des OGM dans la ville ainsi que sur les risques que leur usage peut engendrer.

Animé par le maire M. Tartateind ainsi que son adjointe Mlle Sanex, le débat de notre ville de Gotham qui a duré moins d’une heure mardi 21 mars a donné la parole à 5 représentants de professionnels et de personnes engagées, concernées par l’utilisation d’OGM. Parmi eux se trouvaient des médecins, scientif iques, des portes paroles de firmes, des agriculteurs ou encore des écologistes.
Chaque membre d’un groupe a eu l’occasion d’exposer son avis sur l’utilisation des OGM pour la ville de Gotham. Gothimes recense pour vous ces avis. Quels sont donc les avantages et inconvénients des OGM ? Représentent-ils un risque pour la santé humaine et pour la biocénose ?

« Les OGM ont permis de nourrir la population »

Ce sont les firmes qui ont ouvert le débat, en proposant leur point de vue sur l’utilisation des OGM. Celles-ci ont déclaré que leur utilisation a permis jusqu’ici de nourrir la population grandissante en grande quantité, allant même jusqu’à affirmer que leur utilisation va permettre de « régler le problème de la faim dans le monde ».

Selon elles, l’utilisation des OGM a également permis de réduire considérablement les émissions de CO 2 . Les porte-paroles expliquent ainsi que la consommation de carburant liée à l’utilisation massive des tracteurs est diminuée. Mme Ayamines, porte-parole de Monsanto, ajoute que cela a permis de réaliser des économies d’eau tout en préservant la biodiversité (les insecticides sont moins utilisés).

Les agriculteurs présents ont précisé l’avantage qu’ils tiraient de l’utilisation des OGM en révélant que leur utilisation a été très positive sur le plan économique. En effet, d’après M. Keshua, elle leur a fait bénéficier de 98€ de revenu supplémentaire par hectare dû aux rendements plus élevés.
À ces affirmations, les écologistes dont l’un des membres majeurs était Mlle
Fleurdepoids ont rétorqué que l’impact des pesticides n’était pas inexistant puisque les OGM produisent leurs propres insecticides.

« Le nombre d’études menées sur la question de la santé publique est encore trop
faible »

Dans la suite du débat, des médecins sont également intervenus et ont fait part de leurs inquiétudes au sujet de la consommation des OGM. Selon les docteurs Yayaoui et Pruneau, les OGM seraient l’une des principales causes des problèmes de santé publique. Par ailleurs, ces médecins ont bien fait savoir que ces problèmes auraient pu mieux être analysés dans des études consacrées à ce sujet mais que ces dernières n’ont pas été réalisées ou dans un nombre insuffisant. Une des rares études sur lesquels les médecins ont pu bâtir leurs conclusions a été réalisée sur 400 rats afin de démontrer la toxicité générée sur leur sang et leurs reins par les OGM. Ils ont également évoqué les problèmes allergiques que ces contaminations engendraient sur la santé humaine. Le docteur Bavamian conclut en affirmant que les OGM étaient certes un moyen de nourrir les Hommes mais avec nourriture de mauvaise qualité, toxique et qui, à long terme, pouvait « tuer » selon ses propres mots, la population.

« Les OGM devraient être utilisés uniquement à des fins scientifiques »

Ce fut alors aux scientif iques conviés comme M. Zouzoua et M. Ouille d’exposer leur avis sur le sujet, qu’ils qualif ient « d’objectif ». En effet, les OGM sont, et oivent continuer à être, selon eux, utilisés pour la recherche en laboratoire et non liés à l’agriculture pour des risques sanitaires. Pour M. Zouzoua, les OGM utilisés en laboratoire permettraient « de sauver les diabétiques. »

Sur cette affirmation, le docteur Yayaoui rebondit en exposant le cas du riz doré qui consiste à introduire un OGM dans le riz afin de le rendre bénéfique. Il insiste alors sur le fait que les OGM peuvent être utilisés en laboratoire dans un objectif de recherche scientifique et uniquement dans ce cas. En se tournant vers les porte-paroles de Monsanto, il lance : « Autrement, on sauve une minorité pour tuer une majorité. »

Le débat fut clos sur ces mots par M. Tartateind et Mlle Sanex. Les différents membres souhaitant toujours argumenter furent obligés de s’interrompre pour laisser place au vote final qui allait déterminer si les OGM seraient introduits dans l’agriculture de notre belle ville. Les 10 personnes se prononcèrent en faveur de l’utilisation des OGM et 11 votèrent contre. Organismes génétiquement Modif iés ne seront donc pas introduits à Gotham pour l’instant.

Ce qu’il faut retenir de cette conférence

Les OGM représentent donc un moyen de nourrir la population toujours grandissante. De plus, au niveau économique, l’utilisation des OGM est intéressante, notamment pour les agriculteurs qui obtiennent un rendement plus élevé et gagnent 98 euros de plus par hectare.
Cependant, aux niveaux environnemental et sanitaire, le tableau n’est pas aussi rose. En effet, les OGM se retrouvent dans nos assiettes et le risque est donc grand pour la santé publique et celle des animaux.
L’utilisation des OGM est cependant à nuancer car elle permet entre autres de mettre au point des traitements comme dans le cas du diabète.

BOUVIER Clémence
SCHUMER Téo

Actualités